La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, t.2 – p. 802

Ceux des chrétiens qui, après avoir reçu du Christ leur Maître tant de grâces et tant de bienfaits, se sont laissés de nouveau tromper par le diable, qui se sont éloignés de Dieu par le moyen du monde et de la chair et sont dominés par le péché et par le diable dont ils font la volonté, mais qui ne sont cependant pas insensibles au point de ne pas sentir le mal qu’ils ont souffert, qui comprennent leur faute et reconnaissent l’esclavage où ils sont, mais qui ne peuvent se libérer seuls et ont recours à Dieu,

ceux-là disent donc « Seigneur, aie pitié », pour que le Seigneur, dans son grand amour, les comble de sa miséricorde et de sa compassion, pour qu’il les reçoive comme le fils prodigue (Cf. Lc 15,20), pour qu’il leur donne à nouveau la grâce divine, afin d’être par la grâce délivrés du péché, de s’éloigner des démons, de recouvrer leur liberté, de pouvoir ainsi vivre en plaisant à Dieu, et de garder ses commandements.

Ces chrétiens qui disent le « Kyrie eleison » dans un tel but veulent ainsi découvrir sûrement la compassion du Dieu très bon, ils veulent recevoir sa grâce, afin d’être délivrés de l’esclavage du péché et d’être sauvés.   

About these ads