Confession, § 43- 47 (trad. SC 249, p. 119s rev.)

Je n’ai pas commencé ce travail de moi-même, mais c’est le Christ Seigneur qui m’a ordonné de venir passer auprès des Irlandais païens le reste de mes jours – si le Seigneur le veut et s’il me préserve de toute voie mauvaise… Mais je n’ai pas confiance en moi-même « tant que je demeure dans ce corps de mort » (2P 1,13 ;Rm 7,24)…

Je n’ai pas mené une vie parfaite comme d’autres fidèles, mais je le confesse à mon Seigneur et je ne rougis pas en sa présence. Car je ne mens pas : depuis que je l’ai connu dans ma jeunesse, l’amour de Dieu a grandi en moi, ainsi que sa crainte, et jusqu’à présent, par la grâce du Seigneur, « j’ai gardé la foi » (2Tm 4,7).

Que rie donc et que m’insulte qui voudra ; moi, je ne me tairai pas et je ne cacherai pas « les signes et les merveilles » (Dn 6,27) que le Seigneur m’a montrés, bien des années avant qu’ils ne soient accomplis, lui qui connaît toutes choses. C’est pourquoi je devrais rendre sans cesse grâces à Dieu, qui a si souvent pardonné ma sottise et ma négligence, et aussi de ce qu’il ne se soit pas une seule fois irrité contre moi, qui ai été donné comme évêque.

Le Seigneur « a eu pitié » de moi « en faveur de milliers et de milliers d’hommes » (Ex 20,6), parce qu’il voyait que j’étais disponible… En effet nombreux étaient ceux qui s’opposaient à cette mission ; ils parlaient même entre eux derrière mon dos et disaient : « Pourquoi celui-là se jette-t-il dans une entreprise périlleuse chez des étrangers qui ne connaissent pas Dieu ? » Ce n’est pas par malice qu’ils s’exprimaient ainsi ; moi-même, je l’atteste : c’est à cause de ma rusticité qu’ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi j’ai été nommé évêque. Et moi, je n’ai pas été prompt à reconnaître la grâce qui était en moi.

Maintenant tout cela est devenu clair pour moi.  Maintenant donc j’expose simplement à mes frères et à mes compagnons de service qui m’ont cru, pourquoi « j’ai prêché et continue de prêcher » (2Co 13,2), en vue de fortifier et de confirmer votre foi. Puissiez-vous ambitionner, vous aussi, des buts plus élevés et accomplir des œuvres plus excellentes. Ce sera ma gloire, car « un fils sage est la gloire de son père » (Pr 10,1).

About these ads