Commentaire sur le psaume 65, §19-20 ; CSEL 22, 261 (trad. Solesmes, Lectionnaire, t. 3, p. 873)

Quelle est « la parole de louange » (Ps 65,8) qu’il faut faire entendre ? Celle-ci assurément : « Il a donné la vie à l’âme » des croyants (v.9) ; car Dieu a accordé la constance et la persévérance dans la profession de la foi à la prédication des apôtres et à la confession des martyrs, et la prédication du Royaume des cieux a parcouru la terre en tous sens comme par des pas. En effet « leur message s’est répandu sur toute la terre » (Ps 18,5). Et ailleurs, le Saint Esprit proclame la gloire de cette course spirituelle : «Comme ils sont beaux, les pas de ceux qui annoncent la bonne nouvelle, de ceux qui annoncent la paix » (Is 52,7). C’est donc cette parole de louange de Dieu qu’il faut faire entendre par la proclamation, selon le témoignage du psalmiste : « Il a donné la vie à mon âme et n’a pas laissé chanceler mes pas » (LXX). En effet, les apôtres ne se sont pas laissés détourner de la course de leur prédication par les terreurs des menaces humaines, et la fermeté de leurs pas solidement posés ne s’est pas laissée écarter du chemin de la foi…

Pourtant, après avoir dit : « Il n’a pas laissé chanceler mes pas », le psalmiste ajoute : « Ô Dieu, tu nous as éprouvés, tu nous as épurés par le feu comme on épure l’argent » (v.10). Cette parole, commencée au singulier, se rapporte donc à plusieurs. Car unique est l’Esprit et une la foi des croyants, selon ce qui est dit dans les Actes des Apôtres : « Les croyants n’avaient qu’une seule âme et un seul cœur » (Ac 4,32)…

Mais que signifie cette comparaison : « Ils ont été épurés au feu, comme on épure l’argent » ?  A mon sens, si on épure l’argent, c’est uniquement pour en séparer les scories qui adhèrent à la matière encore brute… C’est pourquoi, quand Dieu met à l’épreuve ceux qui croient en lui, ce n’est pas qu’il ignore leur foi, mais parce que « la persévérance produit la valeur » comme le dit l’apôtre Paul (Rm 5,4). Dieu les soumet à l’épreuve, non pour les connaître, mais pour les amener à la consommation de la vertu. Ainsi, purifiés par le feu et dégagés de tout alliage avec les vices de la chair, ils pourront resplendir de l’éclat d’une innocence qui a fourni ses preuves.