La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 149

41. Si tu fais œuvre de vertu, souviens -toi de Celui qui a dit : « Sans moi vous ne pouvez rien faire. » (Jn. 15,5)

42. Les biens viennent aux hommes par l’affliction (Cf. Act. 14.22). De même les maux leur viennent par la vaine gloire et le plaisir.

43. Celui qui est victime de l’injustice des hommes échappe au péché. Et il trouve un secours égal à son affliction.

44. Celui qui s’en remet au Christ pour la rétribution supporte courageusement toute injustice, selon la mesure de sa foi.

45. Celui qui prie pour les hommes qui lui font du tort renverse les démons. Mais celui qui s’oppose aux premiers est meurtri par les seconds.

46. Mieux vaut l’offense des hommes que l’offense des démons. Mais celui qui plaît au Seigneur maîtrise les uns et les autres.

47. Tout bien vient du Seigneur selon sa providence : il fuit mystérieusement les ingrats, les inconscients et les paresseux.

48. Tout vice aboutit au plaisir défendu, mais toute vertu mène à la consolation spirituelle. Si le premier l’emporte, il excite toujours plus ce qui lui est propre. Et si la seconde l’emporte, elle développe de même ce qui lui est naturel.

49. Les outrages des hommes suscitent l’affliction dans le cœur. Mais ils purifient celui qui les supporte.

50. L’ignorance mène à s’opposer à ce qui est utile. Et dans son insolence, elle aggrave la portée du mal.