CC Sermon 57 ; PL 57,339 (trad. Migne 1996, p. 135)

Le Christ notre Seigneur a été mis en croix pour libérer le genre humain du naufrage de ce monde… Dans l’Ancien Testament Moïse avait dressé, au milieu des mourants, un serpent de bronze attaché à un pieu ; il avait enjoint au peuple d’espérer la guérison à la vue de ce signe (Nb 21,6s). Il en sortait un remède d’une telle puissance contre la morsure des serpents que le blessé, en se tournant vers le serpent en croix, se mettait à espérer et aussitôt recouvrait la santé.

Le Seigneur n’a pas manqué de rappeler cet épisode dans l’Évangile quand il dit : « Comme Moïse éleva le serpent dans le sert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’homme » (Jn 3,14)… Le serpent est donc le premier à être crucifié, par Moïse. Ce n’est que justice, puisque le diable le premier a péché sous le regard du Seigneur (Gn 3)… Il est mis en croix sur un bâton, ce qui est justice, puisque l’homme avait été trompé par le biais de l’arbre du sir; sormais, il est sauvé par un bâton pris à un autre arbre…

Après le serpent, c’est l’homme qui est crucifié dans le Sauveur, sans aucun doute pour punir non seulement le responsable, mais aussi le lit. La première croix se venge sur le serpent, la seconde sur son venin… : le venin que sa persuasion avait instillé dans l’homme est rejeté et guéri… Voilà ce qu’a fait le Seigneur par sa nature humaine : lui l’innocent, il souffre ; en lui la sobéissance, provoquée par la fameuse tromperie du diable, est amene ; et libéré de sa faute, l’homme est libéré de la mort.

Puisque nous avons comme Seigneur, Jésus qui nous a libérés par sa Passion, gardons constamment les yeux fixés sur lui, espérons toujours trouver dans ce signe le remède à nos blessures. Si le venin de l’avarice venait à se répandre en nous, regardons la croix, elle nous livrera ; si le sir, ce scorpion, nous ronge, implorons-la, elle nous guérira ; si les morsures des pensées d’ici-bas nous lacèrent, prions-la encore et nous vivrons. Voilà les serpents spirituels de nos âmes : pour les fouler aux pieds, le Seigneur est mis en croix. Lui-même nous dit : « Voici que je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions, et rien ne pourra vous nuire » (Lc 10,19).