Discours, 1ère série, n°34 (trad. cf Touraille, DDB 1981, p. 215)

Frère, je te recommande ceci : que la compassion l’emporte toujours dans ta balance, jusqu’à ce que tu ressentes en toi la compassion que Dieu éprouve pour le monde. Que cet état devienne le miroir dans lequel nous voyons en nous-même la vraie « image et ressemblance » de la nature et de l’être de Dieu (Gn 1,26).

C’est par ces choses et par d’autres semblables que nous recevons la lumière, et qu’une claire résolution nous porte à imiter Dieu. Un cœur dur et sans pitié ne sera jamais pur (Mt 5,8). Mais l’homme compatissant est le médecin de son âme ; comme par un vent violent il chasse hors de lui les ténèbres du trouble.