You are currently browsing the category archive for the ‘Saint Maxime de Turin’ category.

Sermon 99 ; PL 57, 535 (trad. Migne 1996, p. 159 rev.)

À juste titre, Jean le Baptiste peut dire du Seigneur notre Sauveur : « Il faut que lui, il grandisse et que je diminue » (Jn 3,30). Cette assertion se réalise en ce moment même : à la naissance du Christ, les jours augmentent ; à celle de Jean, ils diminuent… Quand paraît le Sauveur, le jour, de toute évidence, grandit ; il recule au moment où naît le dernier prophète, car il est écrit : «La Loi et les prophètes ont régné jusqu’à Jean» (Lc 16,16). Il était inévitable que l’observance de la Loi sombre dans les ténèbres au moment où la grâce de l’Évangile se met à resplendir ; à la prophétie de l’Ancien Testament se succède la gloire du Nouveau… Lire le reste de cette entrée »

CC Sermon 57 ; PL 57,339 (trad. Migne 1996, p. 135)

Le Christ notre Seigneur a été mis en croix pour libérer le genre humain du naufrage de ce monde… Dans l’Ancien Testament Moïse avait dressé, au milieu des mourants, un serpent de bronze attaché à un pieu ; il avait enjoint au peuple d’espérer la guérison à la vue de ce signe (Nb 21,6s). Il en sortait un remède d’une telle puissance contre la morsure des serpents que le blessé, en se tournant vers le serpent en croix, se mettait à espérer et aussitôt recouvrait la santé. Lire le reste de cette entrée »

CC Sermon 53, sur le Ps 117  ; PL 57,361 (trad. coll. Icthus, vol. 10, p. 256)

Ce jour que fit le Seigneur (Ps 117,24) pénètre tout, contient tout, embrasse à la fois ciel, terre et enfer ! La lumière qu’est le Christ n’est pas arrêtée par des murs, ni brisée par les éléments, ni assombrie par les ténèbres. La lumière du Christ, dis-je, est un jour sans nuit, un jour sans fin ; partout, elle resplendit, partout elle rayonne, partout elle demeure. Lire le reste de cette entrée »

Sermon 58 ; PL 57, 363 (trad. coll. Icthus, t. 10, p. 259 rev.)

Nous, tous les chrétiens, sommes le corps du Christ et ses membres, dit l’apôtre Paul (1Co 12,27). A la résurrection du Christ, tous ses membres ont ressuscité avec lui, et tandis qu’il passait des enfers à la terre, il nous fait passer de la mort à la vie. Le mot « pâque » en hébreu veut dire passage ou part. Lire le reste de cette entrée »

CC Sermon 76, 317 ; PL 57, 353 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1996, p. 117)

Se retournant, le Seigneur fixe son regard sur Pierre. Et Pierre, prenant conscience de ce qu’il vient de dire, se repent et pleure… ; il fond en larmes et reste muet… (Lc 22,61-62) Oui, les larmes sont des prières muettes ; elles méritent le pardon sans le réclamer ; sans plaider leur cause elles obtiennent miséricorde… Les mots peuvent ne pas réussir à exprimer une prière, jamais les larmes ; les larmes expriment toujours ce que nous ressentons, alors que les paroles peuvent être impuissantes. Voilà pourquoi Pierre ne recourt plus à des paroles : les paroles l’avaient poussé à trahir, à pécher, à renier sa foi. Il préfère avouer son péché par des larmes, ayant renen parlant… Lire le reste de cette entrée »

CC Sermon 25 ; PL 57, 509s (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1996, p. 123)

« Un homme a pris une graine de moutarde et l’a jetée dans son jardin ; elle pousse et devient un arbre, et les oiseaux du ciel s’abritent dans ses branches. » Cherchons à qui s’applique tout cela… Je pense que la comparaison s’applique plus justement au Christ notre Seigneur qui, en naissant dans l’humilité de la condition humaine, comme une graine, monte finalement au ciel comme un arbre. Lire le reste de cette entrée »

Sermon 36 ; PL 57, 605 (trad. coll. Icthus t. 10, p. 262)

Laissons éclater notre joie, mes frères, aujourd’hui comme hier. Si les ombres de la nuit ont interrompu nos réjouissances, le jour saint n’est pas achevé…: la clarté que répand la joie du Seigneur est éternelle. Le Christ nous illuminait hier ; aujourd’hui encore resplendit sa lumière. « Jésus Christ est le même hier et aujourd’hui » dit le bienheureux apôtre Paul (He 13,8). Oui, pour nous le Christ s’est fait le jour. Pour nous, il est né aujourd’hui, comme l’annonce Dieu son Père par la voix de David : « Tu es mon fils ; aujourd’hui je t’ai engendré » (Ps 2,7). Qu’est-ce à dire ? Qu’il n’a pas engendré son fils un jour, mais qu’il l’a engendré jour et lumière lui-même… Lire le reste de cette entrée »

Sermon 88 (trad. Année en Fêtes, Migne 2000, p. 37)

Jean n’a pas seulement parlé en son temps, en annonçant le Seigneur aux Pharisiens, en disant : « Préparez le chemin au Seigneur, rendez droits ses sentiers » (Mt 3,3). Aujourd’hui il crie en nous, et le tonnerre de sa voix ébranle le désert de nos péchés. Même enseveli dans le sommeil du martyre, sa voix retentit encore. Il nous dit aujourd’hui : « Préparez les chemins du Seigneur, rendez droits ses chemins »… Lire le reste de cette entrée »

Sermon 10, sur la Nativité du Seigneur, PL 57,24 (trad. Année en fêtes, Migne 2000, p. 78 rev.)

Nous lisons, très chers frères, qu’il y a deux naissances dans le Christ ; l’une comme l’autre sont l’expression d’une puissance divine qui nous dépasse absolument. D’un côté, Dieu engendre son Fils à partir de lui-même ; de l’autre, une vierge l’a conçu par l’intervention de Dieu… Lire le reste de cette entrée »

CC Sermon 53, sur le psaume 117 ; PL 57, 361 (trad. coll. Migne n°65, p. 126)

«Voici le jour que le Seigneur a fait, pour nous jour d’allégresse et de joie» (Ps 117,24). Ce n’est pas un hasard, mes frères, si nous lisons aujourd’hui ce psaume où le prophète nous convie à la joie et à l’allégresse, où le saint David invite toute la création à célébrer ce jour : car aujourd’hui la Résurrection du Christ a ouvert le séjour des morts, les nouveaux baptisés de l’Église ont rajeuni la terre, l’Esprit Saint a montré le ciel. Ouvert, l’enfer rend ses morts ; rajeunie, la terre fait éclore les ressuscités ; et le ciel s’ouvre tout grand pour accueillir ceux qui montent vers lui. Lire le reste de cette entrée »

Sermon CC 61a ; PL 57, 233 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1996, p. 25 rev.)

Répondre aux appels de Dieu à nous convertir du fond de notre cœur

Même sans que je vous en parle, frères, le temps suffit à nous avertir que l’anniversaire de la Nativité du Christ notre Seigneur est proche. La création elle-même exprime l’imminence d’un événement qui restaure tout pour le mieux. Elle aussi désire avec impatience voir illuminer ses ténèbres de l’éclat d’un soleil plus brillant que le soleil ordinaire. Cette attente de la création du renouvellement de son cycle annuel nous invite à attendre la naissance du nouveau soleil qu’est le Christ qui illumine les ténèbres de nos péchés. Lire le reste de cette entrée »

août 2019
D L M M J V S
« Juil    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

a

Flickr Photos

Le christianisme orthodoxe..com. L'annuaire des sites web orthodoxes

Blog Stats

  • 244 940 hits

Suivez-nous

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 406 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :