Le saint monastère dédié au Précurseur du Seigneur à Douma – Batroun, a célébré le 24 juin dernier la fête de la nativité de son saint patron. Son Eminence le Métropolite Georges du Mont Liban a présidé la Divine Liturgie et prononcé une allocution dont nous traduisons quelques extraits: « Nous sommes éblouis, frères, par les larges pans que les quatre évangiles consacrent à Jean. Sa mémoire, sa naissance et son martyr in fine, occupent une place importante dans le Livre Saint. Il me semble que le but de tous ces textes le concernant, c’est que la prophétie s’étant interrompue en Israël depuis longtemps, le Seigneur a voulu envoyer le dernier des prophètes pour établir en la personne de Jean le lien entre l’ancienne alliance et la nouvelle. Ainsi notre saint inaugure ou prépare l’inauguration d’une nouvelle ère. Etonnant aussi que son père et sa mère l’aient appelé ensemble et sans consultation préalable Jean « Youhanna », ce qui dans leur langue veut dire: « Dieu eut pitié ou Dieu a fait miséricorde ».

Comment le Seigneur a-t-il eu pitié de son peuple ? C’est en envoyant le Christ au monde qu’Il l’a fait. Notre saint est celui qui a dit de Jésus: « Voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ». Il a voulu que le peuple se repente et qu’il se prépare à accueillir le Sauveur par le baptême qu’il annonçait. Il a aussi été l’instrument du salut apporté au monde en baptisant le Seigneur. Voici l’Agneau de Dieu que le Père a préparé en offrande avant la création du monde comme nous dit l’Ecriture, c’est à dire l’Agneau à travers lequel Dieu a aimé le monde. Jean est celui qui a explicité ce qui se déroulait avec des mots limpides et non avec les symboles que nous avons reçu des anciens prophètes… »

Source: Bulletin diocésain \’Raïati\’ n° 27 du 6 juillet 2008