Hymne de Noé (trad. cf Sr. Isabelle de la Source, Lire la Bible, Médiaspaul 1988, t. 1, p. 37 et SC 99, p. 105)

Quand je contemple la menace suspendue sur les coupables au temps de Noé, je tremble, moi qui suis coupable aussi de péchés abominables… Les hommes d’alors, le Créateur les menaça d’avance, car il attendait le temps de leur conversion. Pour nous aussi, il y aura l’heure de la fin, inconnue de nous et même cachée aux anges (Mt 24,36). En ce dernier jour, le Christ, le Seigneur d’avant les siècles, viendra, chevauchant les nuées, pour juger la terre, comme l’a vu Daniel (7,13). Avant que cette heure dernière ne tombe sur nous, supplions le Christ en lui criant : « Sauve tous les hommes de la colère, par l’amour que tu nous portes, Rédempteur de l’univers »…

L’Ami des hommes, en voyant la méchanceté qui régnait alors, dit à Noé : « La fin de tout homme est venue devant moi (Gn 6,13) car la terre est remplie d’injustices. Parmi cette génération, tu es vraiment le seul juste (Gn 7,1)… Prends donc du bois imputrescible et fabrique-toi une arche…; comme une matrice elle portera les semences des espèces futures.
Tu la feras comme une maison, à l’image de l’Église… En elle je te garderai, toi qui me cries avec foi : ‘ Sauve tous les hommes de la colère, par l’amour que tu nous portes, Rédempteur de l’univers. ‘ »

Avec intelligence, l’élu accomplit son ouvrage…, et il criait avec foi aux hommes sans foi : « Vite ! Sortez de votre péché, rejetez votre méchanceté, repentez-vous ! Lavez la souillure de vos âmes dans les larmes, conciliez-vous par la foi la puissance de notre Dieu…» Mais ces fils de rébellion ne se convertirent pas. À leur perversité, ils ajoutèrent encore leur endurcissement. Dès lors Noé implora Dieu avec des larmes : « Tu m’as fait sortir autrefois du sein de ma mère ; sauve-moi encore dans cette arche secourable. Car je vais m’enfermer dans cette sorte de tombeau, mais quand tu m’appelleras, j’en sortirai par ta puissance ! En elle, je vais préfigurer dès maintenant la résurrection de tous les hommes, quand tu sauveras tes justes du feu, comme tu me sauveras dans les flots du mal en m’arrachant du milieu des impies, moi qui te crie avec foi, à toi le Juge compatissant : ‘ Sauve tous les hommes de la colère, par l’amour que tu nous portes, Rédempteur de l’univers. ‘ »