You are currently browsing the monthly archive for mars 2014.

L’appel de l’Esprit , Église et société. Monseigneur Georges Khodr, le sel de la terre – CERF, 2001p. 103

Comment peut-on appartenir à un seul Corps sans même se connaître ? Comment devenir un dans la coupe du salut si l’on n’est pas uni dans la vie courante ? L’Église est devenue le lieu où s’assemblent des multitudes. La multitude n’est pas une communauté de vie. Même si nous communions en même temps au corps du Christ, nous restons seuls dans notre coin si les autres participants nous sont étrangers. Lire le reste de cette entrée »

Le bulletin du doyenné antiochien de Grande-Bretagne et d’Irlande est à votre disposition sur le lien suivant : cornerstone spring 2014

Le grand carême, P. Alexandre Schmemann, éditions abbaye de Bellefontaine 1974 (spiritualité orientale n° 13), p.20

Dans notre mentalité humaine nous avons tendance à opposer « gloire » et « humilité », cette dernière étant pour nous le signe révélateur d’un manque ou d’une déficience. A nos yeux, c’est notre ignorance ou notre incompétence qui nous rend ou devrait nous rendre humble. Lire le reste de cette entrée »

Extrait de saint Isaac le Syrien,  » Discours 81 « , Discours Ascétiques selon la version grecque, trad. Placide Deseille, Monastère Saint-Antoine-le-Grand et Monastère de Solan, 2006.

On demanda un jour [à un Ancien] : Qu’est-ce qu’un cœur miséricordieux ?

C’est, répondit-il, une flamme qui embrase le cœur pour toute la création, pour les hommes, pour les oiseaux, pour les animaux, pour les démons, et pour tout être créé. Quand l’homme miséricordieux se souvient d’eux, et quand il les voit, ses yeux répandent des larmes, à cause de l’abondante et intense miséricorde qui étreint son cœur. Lire le reste de cette entrée »

Bulletin « Le Bon Pasteur » numéro 4 – année 2006, p. 14

La connaissance enrichit l’intelligence seulement, mais la prière nourrit le cœur directement. Il y a une différence entre ceux qui lisent beaucoup et prient peu, et ceux qui nourrissent leur cœur bien plus que leur intelligence. Le croyant non lettré, s’il prie, comprend sa Foi d’une façon spirituelle et souvent bien mieux qu’une personne qui aurait appris la Foi à travers la lecture.

Quatrième dimanche du carême: Saint Jean Climaque

Ton 7 des « Tropaires de la Résurrection” (voir fichier dans Archives: dossier Prières & Offices)

Kondak de la fête de l’Annonciation de la Mère de Dieu, ton 8

Épître aux Hébreux: 6, 13-20; Évangile selon Saint Marc: 9, 17-31

Mémoire de notre vénérable Père Jean Climaque

Homélies de Jean Chrysostome sur l’incompréhensibilité de Dieu, Robert Flacelière, éditions Albin Michel – Cerf, p. 122/123

« …Si la prière d’un seul a une telle puissance plus efficace encore est la prière qui se fait avec la foule ! Car l’énergie et l’assurance de celle-ci sont bien plus grandes que celles de la prière faite chez soi en particulier. Comment le savons-nous? Lire le reste de cette entrée »

Table des Matières

 
1- Editorial : « Leçons d’ici et là »                                   Page 05

2- Les « rangs » ecclésiastiques                                     Page 17

3- الطبقات الكنسية                                                                       Page 23

4- Le diocèse Antiochien en Europe Occidentale et
Centrale entre passé, présent et aspirations futures      Page 27

5-  الابرشية الانطاكية في اوروبا الغربية والوسطى بين الذكرى والواقع والمرتجى         Page 31

6- L’œcuménisme au sein du Patriarcat d’Antioche        Page 34

Bulletin numéro 15 – Format A5 – Mars 2014

Bibliothèque « Père Jean Georgievski » N° 1, Rien n’est plus beau que la Foi Chrétienne, livre édité avec la bénédiction de monseigneur Luka évêque du diocèse de l’église Serbe en France et l’Europe Occidentale, p.111

« …Sans la prière il n’y a pas d’amour véritable envers Dieu, il n’y a pas d’amour véritable entre les hommes. Sans prière il n’y a pas de véritable connaissance de Dieu et de compréhension des saints mystères de la foi orthodoxe, sans elle il n’est pas possible d’avoir une véritable connaissance du monde dans lequel nous vivons, des gens avec qui nous communiquons. C’est pourquoi toute la vie de l’Église est une prière incessante, un service incessant de Dieu, un office divin incessant. »

Père Porphyre – Vie et paroles, l’Age d’homme 2009, traduction Alexandre Tomadakis, p.217

La fatigue physique fait que le corps réagit, qu’il exprime griefs et récriminations. Elle ne peut toutefois rendre l’âme nonchalante dans la prière. Tu augmentes tout simplement le volume de ton poste radio, tu écoutes la musique, tu t’en délectes et tu cesses ainsi d’étendre les récriminations.

Lire le reste de cette entrée »

Extraits de L’Ascèse de l’amour, Mère Gabrielle 1897-1992, par sœur Gabrielle, Éditions To Pervolitis Panagias, Thessalonique, s.d. (c. 2000).

Le but de l’homme ?  » Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres  » (Jn 13-34). Le but c’est toujours l’Amour. Rien d’autre. Ne faire rien d’autre. Mais que veut dire Amour ? Aimer, c’est rencontrer une personne, n’importe quelle, et cesser d’exister en tant qu’entité afin de pouvoir s’identifier à l’autre. Lire le reste de cette entrée »

Bulletin « Le Bon Pasteur » numéro 4 – année 2006, p. 11

Le fils spirituel doit dévoiler sans aucun sentiment de honte ses pensées au médecin « le Père Spirituel ». Car celui qui a honte de dévoiler ses pensées quitte son médecin et le mal est toujours dans son corps. Non seulement il faut qu’il se dégage de ce sentiment mais il doit s’assurer que le médecin « le Père Spirituel » a la bonne intention et la disposition de mettre tout ce qui est en son pouvoir, même la possibilité de consulter d’autres médecins en cas de besoin, pour aider le patient « le Fils Spirituel ».

L’appel de l’Esprit , Église et société. Monseigneur Georges Khodr, le sel de la terre – CERF, 2001p. 39

Chez les chrétiens, la Trinité est a l’origine de toute pensée et le fondement de tout comportement. Le christianisme connait Dieu comme amour, ainsi que l’écrit saint Jean dans sa première épître. En ce sens, l’amour a une origine divine. Partant, les hommes ne peuvent le rencontrer et le connaître que dans la mesure où ils vivent en Dieu. Mieux encore: l’amour est justement cette vie même. Cette révélation s’est réalisée historiquement dans la crucifixion de Jésus-Christ. La croix fut le lieu où cette conviction s’ancra et d’où elle se répandit dans l’univers. Elle nous a permis surtout de mieux connaître Dieu.

Antoine Le Grand, Père des Moines, Spiritualité Orientale n° 8, abbaye de Bellefontaine, 1971 – p. 29

« Que chacun tienne le compte de ses actions du jour et de la nuit ; s’il a péché, qu’il cesse ; s’il n’a pas péché, qu’il ne se glorifie pas, mais persévère dans le bien ; qu’il ne se néglige pas et qu’il ne condamne pas le prochain, ni ne se justifie lui-même… »

Père Porphyre – Vie et paroles, L’Age d’homme 2009, traduction Alexandre Tomadakis, p.187-188

« Tout change au contraire, dès que nous sommes entrés dans la vie spirituelle ; dès que nous sommes entrés dans le Christ, tout change. Même si l’on était voleur, on cesse de voler, le meurtrier même cesse d’être meurtrier, on ne peut plus être ni sanguinaire, ni mauvais, ni rancunier … Tout cesse. Le péché cesse, et c’est le Christ qui vit. C’est ainsi que l’apôtre Paul disait : « Ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi. »Nous ne pouvons pas gagner notre liberté si nous ne libérons pas l’intérieur de nous-mêmes de tout ce qui est confusion et passion. Or, une telle chose, ne peut se produire qu’avec le Christ. C’est dans le Christ que réside toute joie. Le Christ change les passions en joie.

Telle est notre Église, telle est notre joie. Pour nous, tout est là. »

Troisième dimanche du carême: Vénération de la Sainte Croix

Ton 6 des “tropaires de la Résurrection” (voir fichier dans Archives: dossier Prières & Offices)

Kondak de la fête de l’Annonciation de la Mère de Dieu, ton 8

Épître aux Hébreux: 4, 14-16 & 5, 1-6; Évangile selon Saint Marc: 8, 34-38 & 9,1

Mémoire de notre vénérable Père Nicon et des cent quatre-vingt-dix-neuf disciples martyrisés avec lui.

Extrait de Cyrille Argenti, N’aie pas peur, Le Sel de la terre/Cerf, 2002.

Être chrétien, c’est faire confiance à l’intervention efficace de l’Esprit de Dieu dans notre vie et sur notre personne, pour les transformer à l’image de la vie et de la personne du Dieu-Homme. C’est donc trouver quotidiennement le temps de prier Dieu au nom du Seigneur Jésus pour que l’Esprit, qui repose sur Lui, soit répandu sur nous ; c’est chercher dans ce contact avec l’Esprit du Christ la source d’énergie qui va orienter notre personnalité et donner un sens à notre vie. Lire le reste de cette entrée »

Sur la vaine gloire et l’éducation des enfants, sources chrétiennes n° 188 – les éditions du Cerf , p.145-149

« A propos, j’ai pensé à une chose et il m’est venu à l’instant, encore une autre idée. Quelle est-elle ? Inspirons-leur très tôt le goût de la vertu par notre façon de donner des noms. Que personne ne tienne à appeler les enfants du nom de leurs ancêtres, de leur père, ni de leur mère, ni de leur grand-père, ni de leur arrière grand-père, mais des noms de justes, de martyrs, d’évêques et d’apôtres. Que ce soit pour eux un stimulant. Que l’un s’appelle Pierre, l’autre Jean et que le troisième s’appelle d’un autre nom de saint… Lire le reste de cette entrée »

Ma vie en Christ, Spiritualité Orientale n° 27, abbaye de Bellefontaine, p. 110

« Celui qui vient à toi, quel qu’il soit, et surtout s’il vient dans un propos religieux, accueille-le avec un visage aimable et souriant, même si c’est un mendiant ; humilie-toi devant un chacun, t’estimant au-dessous de tous, car le Christ lui-même t’a établi pour être le serviteur de tous ; tous sont ses membres, bien qu’ils portent, comme toi, les marques du péché. »

Écrits spirituels, Spiritualité Orientale n° 29, abbaye de Bellefontaine, p. 46-47

« Convaincre quelqu’un de l’existence de Dieu est absolument impossible, car tout ce que l’on peut exprimer en paroles à propos de la foi ne peut  en aucune façon transmettre cet indicible qui en est l’essentiel. Les arguments de la foi ne vont pas contre la raison, mais au-delà de la raison. La raison n’accepte les propositions apparemment absurdes de la foi qu’à la lumière de l’amour. »

Vie et propos spirituels, Métropolite Vladimir (Thikhonitsky), p.25 – traduction du russe d’extraits du livre « Graines Spirituelles »

Quel est le sens du chant des Chérubins ? – Ainsi que les chérubins glorifient le Seigneur avec pureté et amour, de même ainsi, nous aussi à l’église, nous devons être purs et penser aux choses divines et non aux choses terrestres. Oh ! si nous pensions à ce qui se passe là, nous ne regarderions pas de tous les côtés et nous ne nous ennuierions pas à l’église. Quel grand et indicible sacrement ! Ce qui s’est passé au Golgotha se répète maintenant ici. A chaque liturgie le Seigneur s’offre en sacrifice et en réparation de nos péchés… « Que toute chair humaine se tienne en silence ! » Lorsque le prêtre porte en ses mains le Seigneur, les Anges le soutiennent. Tâchez de vous pénétrer de ce qui se passe, priez avec compréhension, intensément, et vous ne resterez pas sans consolation. Il n’y a que la vie spirituelle qui puisse donner le réconfort. La vie spirituelle amène à la vérité, et cela par l’Église et les Sacrements.

Extrait de Starets Silouane : Moine du Mont Athos – Vie – Doctrine – Écrits, par l’Archimandrite Sophrony (Éditions Présence, Sisteron, 1973)

« Dès qu’un homme miséricordieux se repent, le Seigneur lui pardonne ses péchés. Celui qui est miséricordieux ne se souvient pas du mal. Même si on l’offense ou si on lui prend ce qui lui appartient, il reste calme, car il connaît la miséricorde du Seigneur; et cette miséricorde du Seigneur, personne ne peut nous en priver, car elle vient d’en haut, elle est auprès de Dieu. »

L’Ancien Ephrem de Katounakia, Éditions l’Age d’Homme 2002, traduction Yvan Koenig, p.153

La Croix ne fait pas défaut. Pourquoi ? Parce que de même que notre chef est monté sur la Croix, nous aussi nous devons y monter, si l’on peut s’exprimer ainsi. D’un certain point de vue, elle est douce et légère, de l’autre, elle est amère et lourde. Cela dépend de notre disposition. Si tu portes la croix du Christ avec amour, elle est aussi légère qu’une plume. Mais si tu la considères d’un autre point de vue, elle est lourde et insupportable.

Deuxième dimanche du carême: Saint Grégoire Palamas

Ton 5 des “tropaires de la Résurrection” (voir fichier dans Archives: dossier Prières & Offices)

Kondak de la fête de l’Annonciation de la Mère de Dieu, ton 8

Épître aux Hébreux: 1, 10-14 & 2, 1-3; Évangile selon Saint Marc: 2, 1-12

Mémoire du saint martyr Sabin l’Égyptien

Réflexions sur les enfants dans l’église orthodoxe aujourd’hui, Sœur Magdalen, Éditions AXIOS 1990, p. 18

 » Priez sans cesse.  » Une maison est bénie quand les tâches quotidiennes sont accomplies avec la prière. La nourriture préparée avec amour et prière est une bénédiction pour ceux qui la partagent. En s’habillant aussi, on peut prier:   » Seigneur, revêts-moi de ta justice. ». En entrant ou en quittant la maison on peut prier:   » Seigneur, garde- moi au départ et au retour. » On peut formuler des prières semblables pour d’autres activités. Traditionnellement aussi on se signe et l’on prie en partant en voyage  et même pour un petit trajet.

mars 2014
D L M M J V S
« Fév   Avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

a

Flickr Photos

Le christianisme orthodoxe..com. L'annuaire des sites web orthodoxes

Blog Stats

  • 244 999 hits

Suivez-nous

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 406 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :