Correspondance – Éditions de Solesmes

638 –Demande: Mais alors, si l’on fait une bonne œuvre par crainte de la mort, cela ne sert-il pas au salut ?

Réponse: Ce n’est pas la même chose de se sauver par contrainte ou de propos délibéré; cependant il vaut mieux se sauver par contrainte que de ne rien faire du tout; car c’est perdre son âme que de ne rien faire tant que nous sommes maîtres de nous-mêmes. Connaissant donc l’alternative, conduis-toi comme un sage et non comme les vierges folles qui ont été exclues de la noce pour n’avoir pas eu le fruit de la miséricorde et de la bienfaisance (Mt. 25, 1-12).