Son Éminence, Spiridon Métropolite de Zahlé, Baalbeck et de ses dépendances, s’est prononcé lors de la cérémonie d’hommage qui lui a été rendu le samedi 24 octobre à la cathédrale Saint Nicolas en disant: « Vous avez répondu à l’invitation et je suis heureux de cette rencontre fraternelle [même] si son but est d’honorer mon indignité à l’occasion des 42 ans de ma consécration en tant que Métropolite de ce diocèse. Qui suis-je, bien aimés, pour être honoré ? Les Saints Pères disent que nous sommes tous des ‘serviteurs inutiles’, et ‘je suis un vers et non un homme, l’opprobre des hommes et le rebut du peuple’ (Cf. Ps.21,7) disait le prophète inspiré. Permettez-moi de vous dire: si vous honorez ma personne, alors honorez en moi les grâces du Père Céleste en commençant par la grâce de la vie qui m’a été donnée gratuitement ainsi que pour tout homme dans ce monde, et la grâce de sa bienveillance sur moi tout au long de ma vie d’enfant, de jeune et de vieux mais aussi pour les glorieuses grâces de la ‘Diaconie’, de la ‘Prêtrise’ et tout particulièrement de ‘l’Episcopat’ que j’ai reçues indignement. Je demande jusqu’à présent à mon Maître de m’aider dans ma faiblesse et je lui demande pardon à cause de mes failles, de ma paresse et de mon incapacité à remplir les graves responsabilités qui m’incombent. J’ai prié le Seigneur et Grand Prêtre qui dit « Ma force s’accomplit dans la faiblesse » de me prendre sous sa protection et ceci alors que Sa Béatitude d’éternelle mémoire le Patriarche Théodosios (Abou Rjaily) imposait la main sur mon chef le jour où j’ai été ordonné évêque. Il me réjouit, bien aimés, de vous annoncer dans le même élan, que l’hommage que vous me rendez, je le rends à mon tour, à mes chers enfants, à commencer par les vénérables prêtres et les croyants fidèles de ce diocèse qui ont supporté ma faiblesse et mes fautes et m’ont entouré de leur amour avec un esprit de sacrifice exemplaire; et ceci fait aussi partie des grâces dont Dieu m’a comblé.

Gloire en tout avant tout et pour toutes choses, particulièrement en raison de la protection dont Il m’a entouré répétant les paroles du Chrysostome dans son office de la Divine Liturgie lors de la prière sur les offrandes: ‘Nous te rendons grâce à Toi et à Ton Fils Unique et à Ton Esprit Saint pour tous les bienfaits connus ou ignorés de nous, manifestés ou cachés, répandus sur nous…’

Ensuite, je remercie ta Béatitude d’avoir voulu patronner cette cérémonie et d’être présent parmi nous et ceci est un exemple de ton esprit de paternité et de la charité que tu as envers moi. J’avais pu user de cette grâce depuis bien longtemps maintenant, à Paris, à Balamand et ailleurs. Tu es notre ainé, notre primat et l’exemple à suivre dans le sérieux du travail et de la clairvoyance pour rendre son importance à ce Saint Siège et le développer à travers la fondation de l’Université de Balamand qui est installée sur cette superbe colline qui domine la Méditerranée, dont la réputation et le niveau d’études ainsi que la droiture de l’esprit sont mondialement connus. Elle est la fierté de notre Patriarcat et en cela nous sommes encore plus fier de dire que c’est la seule Université dans le monde orthodoxe qui relève de l’Église. Elle est l’œuvre de tes mains, la fille de tes idées claires et constructives. Que Dieu t’accorde Béatitude longue vie et qu’Il te garde dans ta vieillesse en bonne santé et toujours à l’œuvre.

Source: Al Anwar