You are currently browsing the daily archive for 27 avril 2008.

المسيح قام حقًّا قام

Avec les meilleurs vœux pour la Pâque de l’année 2008, de la Paroisse Orthodoxe Saint Ignace le Théophore à Nice – France; Diocèse du Patriarcat Orthodoxe d’Antioche en Europe Occidentale et Centrale.

Le Tropaire de la Pâque du Seigneur…

Des dizaines de milliers de chrétiens orthodoxes ont célébré à l’église de la Résurrection à Jérusalem hier le Samedi Lumineux (Sabt el Nour), la descente du Feu Incréé accompagnée par le chant des hymnes et le son des cloches.

Les cérémonies ont commencé à 9h du matin avec l’ouverture de l’église de la Résurrection. Le tombeau du Christ où le miracle a lieu tous les ans depuis le premier siècle selon la Tradition, est inspecté minutieusement par les services de sécurité en place qui scellent le lieu avec un sceau fait de cire et du miel. Le Patriarche Orthodoxe de Jérusalem arrive un peu avant midi en procession, accompagné des prêtres et des diacres de l’Eglise mais aussi de clercs arméniens coptes et syriaques, au son solennel des cloches de l’Anastassis. Après la bénédiction donnée par le Patriarche « Théophilos », la procession repart en direction du Saint Sépulcre, le Patriarche lui-même est fouillé corporellement par le gouverneur de Jérusalem et le chef de la police au vu de tous les fidèles et curieux présents sur place afin de s’assurer qu’il n’ait rien sur lui qui lui permettrait d’allumer le feu. Le chef de la police ordonne ensuite la levée des scellés du Saint Sépulcre et le Patriarche, ayant enlevé tous ses ornements sacerdotaux gardant uniquement le « stikhare-l’aube », entre dans le Sépulcre où il s’agenouille avec à la main un fagot de 33 cierges et dit les prières invoquant le Seigneur Jésus Christ d’envoyer Sa Sainte Lumière.

Brusquement, dans le silence régnant, l’on commence à entendre un bruit de tremblement et des lumières bleues et blanches envahissent le Lieu Saint, allumant miraculeusement la veilleuse du Tombeau qui reste allumée toute l’année et ne s’éteint que mystérieusement la veille de l’office similaire de l’année suivante.

Le Feu lumineux allume également le fagot de cierges porté par le Patriarche alors qu’il est encore en prière, alors il sort du Saint Sépulcre sous les cris de joie et les chants des fidèles qui avancent pour recueillir le Feu et l’emporter chez eux.

Depuis trois ans, la tradition qui consistait à faire venir le Feu Incréé de Jérusalem à Beyrouth, interrompue en 1967 avec l’occupation de Jérusalem Est, a repris avec la bénédiction de Son Eminence le Métropolite de Beyrouth Elias (Audé), qui fait parvenir la Sainte Flamme au Liban par Chypre ou la Jordanie.

Ici, le Feu Incréé porté par le R. Père Naji Chibane qui l’a accompagné par avion depuis la Jordanie jusqu’à l’aéroport de Beyrouth, avant d’arriver place de centre ville à l’église de Saint Georges vers 19h. Accueilli à l’intérieur par le Métropolite de Beyrouth qui y allume son Trikirion et son Dikirion avant de sortir à la rencontre des centaines de fidèles qui l’attendaient avec joie et ferveur.

Sources: An Nahar & Al Anwar1, Al Anwar2

Homélie pour la Sainte et Salutaire Pâque ; PG 46, 581 (trad. cf. coll. Icthus, vol. 10, p. 118 et Année en fêtes, Migne 2000, p. 342)

Le Jour Premier de la Vie Nouvelle

Voici une sage maxime : « Au jour du bonheur on oublie tous nos maux » (Si 11,25). Aujourd’hui est oubliée la première sentence portée contre nous – mieux, non pas oubliée, mais annulée ! Ce jour a entièrement effacé tout souvenir de notre condamnation. Autrefois, l’enfantement se passait dans la douleur ; maintenant notre naissance est sans souffrance. Autrefois, nous n’étions que chair, nous naissions de la chair ; aujourd’hui ce qui naît est esprit né de l’Esprit. Hier, nous naissions simples enfants des hommes ; aujourd’hui, nous naissons enfants de Dieu. Hier, nous étions rejetés du ciel sur la terre ; aujourd’hui Celui qui règne dans les cieux fait de nous des citoyens du ciel. Hier, la mort régnait à cause du péché; aujourd’hui, grâce à la Vie, c’est la justice qui reprend le pouvoir.

Un seul homme nous a ouvert jadis les portes de la mort; aujourd’hui, un seul homme nous ramène à la vie. Hier, nous avons perdu la vie à cause de la mort ; mais aujourd’hui la Vie a détruit la mort. Hier, la honte nous faisait nous cacher sous le figuier ; aujourd’hui, la gloire nous attire vers l’arbre de vie. Hier, la désobéissance nous avait chassés du Paradis; aujourd’hui, notre foi nous y fait entrer. De nouveau, le fruit de la vie nous est offert afin que nous en jouissions autant que nous le voulons. De nouveau, la source du Paradis dont l’eau nous irrigue par les quatre fleuves des évangiles (cf Gn 2,10), vient rafraîchir la face entière de l’Église…

Que devons-nous faire dès lors, sinon imiter dans leurs bondissements joyeux les montagnes et les collines des prophéties : « Montagnes, sautez comme béliers ; collines, comme des agneaux ! » (Ps 113,4) Venez donc, crions de joie pour le Seigneur ! (Ps 94,1) Il a brisé la puissance de l’ennemi et dressé le grand trophée de la croix… Disons donc : « Grand est le Seigneur notre Dieu, un grand roi par toute la terre ! » (Ps 94,3;46,3) Il bénit l’année en la couronnant des ses bienfaits (Ps 64,12), et il nous rassemble en un choeur spirituel, en Jésus Christ notre Seigneur, à qui soit la gloire dans les siècles des siècles. Amin !

avril 2008
D L M M J V S
« Mar   Mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

a

Flickr Photos

Le christianisme orthodoxe..com. L'annuaire des sites web orthodoxes

Blog Stats

  • 244 390 hits

Suivez-nous

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 405 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :